8 juin 2008

veux-tu de l’eau une lampée de terre et trois onces de gin
passe-moi le beurre l’autre bout de la langue déjà passé six heures
peux-tu reculer de trois pouces te revirer de bord et m’ignorer encore comme si t’étais deux dans mon paysage
tu bouges comme une anguille sous roche y a pas le feu quand on s’immole à six
t’endends-tu l’orage qui coule dans le bain y tonne dans les robinets trois fois plus qu’ailleurs
y fait ben de trop chaud quand on joue à la roulette russe, une chance sur six
trois bandidos qui chantent sur un air de détonateur ramassé au tracteur des roues de bicycle qui giclent

1 commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :