14 juin 2008

arrêt obligé il retourne chez lui
après des années lumières à se chercher
son visage rendu amer
des cernes de soucis le dissimulant sous des nuages gris

il a oublié l’enfance dans ses genoux un sourire en panne
des calculs à perdre la tête des langages aseptisés d’adultes mornes
l’amour se chiffre est compté en années d’hypothèque en frais d’avocat en déceptions comptabilisées
les sourcils serrés il retourne chez lui
il n’en a pas envie il aurait voulu s’enfuir quitter son corps trop grand pour lui

une chambre à gaz dans le garage une asphyxie garantie ou argent remis il n’y a plus assez d’air dans l’air pour respirer librement

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :