17 juin 2008

une cigarette éteinte une étreinte au bout de ses cendres entre le bout des lèvres et l’embout de papier

l’index mouillé suit le mouvement des ondulations
respiration spasmodique scandée au diapason
allumette craquée diadème éclairé sur un lit de tisons
le fumoir allumé goudron lourd s’étend
conquiert l’étang alvéolaire
mort pulmonaire pulvérisant
souffle jauni s’empare s’emplit sévisse inassouvi

un mégot scaphandrier comme seul témoin

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :