18 juin 2008

le pont Jacques-Cartier comme une corde à danser
elle fredonne des comptines improvisées des mots maladroits marmonnés
dialectes superposés en calques transparents
ne se rappelle plus les derniers couplets

la corde invitant à sauter
s’avance au dessus des rampes d’acier
un corbeau haut perché lui récite Baudelaire et Mallarmé
nu pieds la funambule virevolte sans filet
un fil de fer peinturé en vert se perd
une chute outragée un jeu de marelle effacé
et le fleuve St-Laurent encapsulé
sous une couche de frimas un carré de sable inhabité

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :