23 juin 2008

ferme-la
écoute ta mère
qui te parle
agenouillée
devant toi
ton visage fiévreux
s’inquiète
de lui-même
ses bras ont une force
qu’il ne connaît pas
le paternel penché
sur le petit dernier

inerte
violence marquée
de secousses agitées

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :