29 juin 2008

l’orgue joue des touches qui volent
effleurement d’une paix blanche
la mélodie flotte la lumière des vitraux l’accueille
l’organe des anges jouissance des tapisseries fines

le silence d’une chorale mystique
des voix versées dans une coupe pleine
un écueil aux lèvres comme seul vaisseau

le saint homme repose sur nos genoux
léger comme le prolongement du souffle
le regard aspiré par les fresques vespérales

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :