3 juillet 2008

le coeur gros
gonflé à l’air chaud
gros comme un ballon
prêt à s’envoler
éponge béante
absorbant l’immensité
des battements pulsations maîtresses
tant de gens autour de soi
des rues peuplées d’habitats
un tourbillon étrange
impossibilité de connaître
tous ces passants
meubles éparpillés
en millions de fragments

des maisons à perte de vue
l’écartèlement du spleen
la perte du sens de soi
invasion massive de l’aorte
oxygène viscéral d’occuper l’espace
une dernière fois

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :