7 juillet 2008

il a été jardinier toute sa vie il a râtelé les sols retourné la terre les racines du monde lui appartiennent il les a arrosées de son vivant a semé l’avoine à tous vents élaguer les paysages en entier arboricole des parcs et des champs les végétaux imprégnés de ses mains les doigts comme des rhizomes plantant les bulbes un à un dans un élan de grâce la floraison surprend le rythme des saisons orchidée célébrée dans l’herbe une chaude journée d’été le soleil pâmé les rayons concentriques pollinisation des graines transformation de la sève brute le flux du nectar lys bourgeonnant l’épine dorsale dressée le jardinier recourbé la colonne arquée le nez de corolle rosier généreux débordant la bêche prête à aérer l’humus la mousse humide au pied des séquoias à l’ombre les fruits lourds plombent

l’archet vibre violoncelle alto en aval l’azalée dame nature se déshabillant sous les chutes d’un ravin isolé le jardinier gît à la lisière d’une clairière claironnante son écorce vieillie reposant sous les feuillages de nouvelles pousses

Publicités
1 commentaire
  1. Félix a dit:

    Le rythme s'accélère et à la fin se révèle dans toute son ampleur. Belles images, belles connnances.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :