16 juillet 2008

– I –

quatre gringos sur les dents
négociant leur vie au poker
le pot égal au magot arnaqué
une nuit de tempête
l’ouragan secouant la banco
à Puerto Vallarta

dix millions de pesos
ruisselant dans le Ciudades perdidas


le plus vieux d’entre eux
le banjo à quatre cordes au rythme de sa respiration
aux lèvres, un cigarillos fumant
les yeux aiguisés comme des poignards

une quinte flush royale
brillant sur sa canine en or

l’homme au sombrero
se lève
fait voler sa chaise en éclat
sur la pointe des pieds
la tête baissée
tranche la gorge du vieil homme
les mises flottant tout d’un coup
dans l’air vicié

le mégot du cigarillos
toujours allumé
la quinte éteinte
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :