30 juillet 2008

les lèvres salées
le goût du St-Laurent
les cheveux balayés
vague après vague
sans jamais se lasser
friction fébrile
le brouillard amer
l’écume salissant les pierres arrondies
un cormoran comme seul contraste

une lettre écrite à la main
la femme d’un ancien marin
un au revoir brodé
sur les traverses
entre Godbout et Matane

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :