7 août 2008

les mauvaises herbes se battent pour percer se faire une place au soleil malgré les tonnes de bitume les obstacles de la ville les piétinements humains l’ombre la pollution les fumées d’odeur lourde les soleils carbonisés le défilement accéléré des foules le déplacement des corps dans une torpeur inusitée

fidèles au principe de la survie les hommes de race rampante surveillent l’ascension de l’herbe à poux des pousses audacieuses des pissenlits des craquelures interceptées le réceptacle d’eau de pluie recueillie six pieds sous terre les rats la queue froide le museau humide côtoyant l’homme-rapaille prêt à s’avilir l’esprit couvert de boue les égouts flasques hurlant leur asphyxie perpétrée en sursis

accoudée sur un rempart la plateforme à la mine basse ne répond plus couine grince des dents les jeux les balançoires le tourniquet la bascule remisés les citoyens au teint gris livide vieux de ne pas s’enflammer passent leur tour n’envient plus les enfantements les roses des vents déraillées devant tant d’âmes seules l’appel du ventre l’accouchement la naissance relayés aux erreurs du passé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :