11 août 2008

il fait froid dans ma caverne à l’abri du regard des autres à l’abri du sarcasme des femmes se prenant pour des hommes lorsque ceux-ci dorment

masturbation identitaire dans un no man’s land idyllique

un rapport de séduction qui brise l’apport vrai de l’autre voulant s’ouvrir devant soi

l’attente de l’éveil en équilibre sur la ligne à haute tension la mécanique de la voix éraillée s’éloignant du sommeil

des séismes à coeur voilé générés par de vifs soubresauts les spectres se dissipant sous les ponts achalandés

par les carreaux grillagés on aperçoit là-bas des plages horaires antimissiles prêtes à subir l’assaut d’une humanité qui s’effrite dans le frimas morne des marchés boursiers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :