16 août 2008

samedi la journée est jeune la peau pèle pamplemousse à vif
volte-face chevaline
le vent lève les linges virevoltent

samedi la journée est jeune le cheval court le crin courbe
liberté fondue au fer chaud
l’enclos clôturé l’encolure coulante
le noeud est dégagé

samedi la journée est jeune et la demoiselle à la longue crinière
s’enchaîne à la fougue équestre

transfère le flot qui fulmine
dans des galops démesurés

le dos rebelle ou la cambrure du souffle
se soulève et la jupe s’ouvre
comme un parachute fragile

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :