29 août 2008

laborieuse nuit
phéromone fanfare
horloge en éruption
les coups de minuit
claironnent
les bougies s’éteignent
cire qui coule
sèche
endurcit sa surface lisse
la salive salvatrice
sur le sexe

laborieuse nuit
perpétuité renouvelée
dans le roulement progressif
des corps
pincée de fièvre
poudreuse blanche
le lin longe ses cils
largement décorés
ventre souple
balancement sur la braise
la pelure de pomme coriace
égraine les pavots
la semence centaure
essence de sauge

laborieuse nuit
là où la falaise s’affaisse
l’orgasme s’essouffle
escapade impromptue
interrompue
dans la rupture
du coït et du roc

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :