1er septembre 2008

la tension est élevée
les haricots trottent
la pelure détachée du décor

les petits pois crèvent
dans la douleur des carpettes
fauchées par les actionnaires

tu plumes la peau de banane noircie
sous la porte des éclats de vitre
un chapeau déformé par le feutre fente de calamine

l’envie du saut de l’ange
renversé gâteau blanc éponger le sang
menstruelle monstruosité qui s’égoutte sur le lac

globe brusque dégobe la robe bouillie dérangement dérobé
la version systémique d’une pente abrupte
et les freins qui déraillent la bande passante descendue

la pente patente traîne de la patte
carrosserie dérape et rapetisse contre le garde-fou
les ombres chocs se caressent les jambes
sous les forces se luttent un soir de pleine lune décalquée au pochoir

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :