3 septembre 2008

ça ne fait pas de sens
ai peine à y croire
en semblant le vivre
ai failli oublier qu’il existe
ai voulu moudre le carnage
de nos ombres
comme une poudre forte
emplissant la feuille blanche
d’esquisses lanterne
ai croisé les doigts
pour t’espérer
me suis vue alors dans le reflet
les ongles ras
creusant le trou
de l’un des nôtres

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :