4 septembre 2008

cent pas encore et il y était
il avait tant attendu ce moment
son mantra était ressenti
la marche prise au pied de la lettre
fermait les yeux
y connaissait par coeur le sentier
effleurait à peine la peinture fraîche
le tunnel menait
on ne sait où
mais lui
ça ne lui dérangeait pas
y pleurait juste à y penser
le frôlement fragile aux limites de la sensibilité
ça ne pesait pas lourd sur son existence
d’escorter sur ses épaules
la source de son amour

y avait droit à sa minute de gloire
on l’a amené au premier pallier
sa chute inspirée comme une gorgée goulue
et le chapitre incomplet
de leur courte destinée

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :