6 septembre 2008

l’abnégation du coeur
le sang ou l’odeur du mazout
coagulation de bulles attrapées au haut de ses échasses
la strangulation spéculative
souffrance secouée
la couette de duvet frappée sur le balcon
la cuvette déborde
le placenta tempête ou le tampon plein
expectorer ses alvéoles
dans l’attente ultime d’une seconde secousse
la gifle siffle sur le relief effleuré
comme une escalade qui monte et qui redescend sans cesse
comme un ravin à peine escarpé
ou la lance relâchée sur le bout des doigts par crainte de laisser aller

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :