14 septembre 2008

un chat sur le rebord de la fenêtre
donne sur la rue la lumière du jour
nuages en microfibre
fermentation des années peinturées sur les briques

des images circulation ambulatoire
des sirènes gyrophares
la vieille dame d’en bas tricotait
la fin de sa vie accrochée à la dernière maille

dehors ça sentait la marjolaine
les corbeaux suspendus dans un repli du ciel
mimaient l’arrêt du temps
et la musique des écoliers du quartier
comme un écho qui vient de soi

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :