16 septembre 2008

capte en toi les résonances reconnues des feuilles fanées
tu m’interpelles
me sauve t’évite l’aile blâme
au bout du rouleau l’autre commence
n’a qu’à tirer dessus
le cliquetis de la lettre cachetée
l’air embaume ta dédicace offerte
tu me flirtes
le houblon mousse les paroles et ça pétille
la falsification réparatrice
d’une identité libertaire

loin de toi l’intention de piller le sol
la poussière lève toute seule
au loin une trame sonore tragique
s’agite
des masses de violons
et tu captes en toi les résonances reconnues des feuilles fanées

tu as vécu comme une solide installation
les saisons fortes
reposant sur ses socles

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :