1er octobre 2008

il y avait des rivières entre toi et moi
un halo de chimères
des meutes de chiens
et plusieurs loups
on entendait souvent disparaître les fantômes
de nos ombres entre les collines chromosomes
la fièvre fendue entre mes lèvres
de faux pas suspendus
on tapait des mains pour faire écho au soleil
derrière nous des tombes roulaient dans les villages déserts
la chanson fredonnée en ne retenant que son souffle
lorsqu’elle nous voyait arriver
sa chaleur interposée sur la pointe des pieds

tu as tenté de chasser ta mélancolie en me jouant du Erik Satie
tu as trouvé entre moi et lui l’horizon qui te manquait
la pose d’une ronde bien portée
et la clé de sol voltige triée dans un bac à sourdine

il y avait des rivières entre toi et moi
un halo d’une empreinte effacée

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :