11 octobre 2008

y divague les yeux baignés dans les herbes hautes
jusqu’aux genoux des nuages pour emporter
il a empaqueté des doses de chaleur
les a mises sur son épaule avant de quitter le pays
et le front pâle pointant vers l’Est il marche les bras ballants
il a fière allure avec son béret vert et ses bottes jaune sourire
son pied soulève de grandes bouffées d’air frais et le printemps le suit toujours de près
il n’est jamais seul la lune veille elle lui verse à boire durant les périodes sèches des ciels nocturnes
la cadence dandine entre l’épuisement physique et le désir d’éteindre
mais il n’éteindra pas les lumières avant de s’endormir les rêves éveillés le menant en dehors des certitudes et des doutes d’adultes amers

il ne cherchera jamais à chasser l’émerveillement le secouant des pieds à la tête la brunante remplie d’un baume automnal enrobant les rebords de route d’un manteau aux palettes de couleurs chaudes le rouge vif au jaune serin en passant par un orange brûlé
la gamme de l’été sucré s’envole avec les dernières oies blanches

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :