20 octobre 2008

il ne savait même pas qu’il allait mourir
il ne voulait pas le savoir
ne pas s’en rappeler
faire en sorte de persister au-delà du temps

il s’en doutait
qu’un jour
il devrait renoncer
à lutter

mais machinalement
son corps lui dictait le moindre mouvement

pendant que les loups le guettaient

à chaque tournant des gueules ouvertes
à chaque tournant des alvéoles miséreux
l’envie de disparaître
ou de s’engouffrer dans le noir

le désert de son ombre
épuration fantomatique
ou sophisme de la plus pure absence d’être

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :