28 octobre 2008

II

le chat se relève
la tête toute petite
engluée d’une nouvelle existence

la paille sous lui
une grange au grandeur démesurée

une lutte à la survie
où le plus fort l’emporte
le maillon génétique
du vainqueur

prédateur carnassier
dans l’ultime attente de bondir
les griffes armées par la faim

chat sauvage fuyant la présence trop ressentie
des hommes
le regard aiguisé lors des lunes brûlantes
les oreilles pointant au moindre bruissement

la fourrure en bataille
comme une preuve de lutte
et de prise à mal de mise à bas

vaincu le fauve se sauve

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :