1er novembre 2008

VI

la sixième et avant-dernière vie
comme une précieuse sagesse
remise à l’héritier

l’âme vengeresse cesse sa rogne
laisse place à la curiosité des nouveaux-nés

petit chaton rouquin aux menottes entremêlées
dans les pelotes de laine

les velours feutrés sous tes pattes enjouées
la laitière heureuse de te tendre le bol

insouciance contagieuse la frimousse mignonne
fripon patapon caché sous les jupes colorées

insouciance menant à l’imprudence
jeunesse oblige

le carrosse féroce tiré par mille chevaux
sourd aux miaulements chétifs
du pauvre minet tournoyant rapidement pour attraper sa queue

— au dernier moment la vision d’un jardin

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :