5 novembre 2008

on s’avance la tête pour comprendre les chuchotements parfois explicites sans vraiment savoir ni pourquoi ni comment l’on fait pour s’avancer juste assez les oreilles échauffées le tympan trop lent le front plissé le gosier atrophié on avait l’air de savoir ce qu’on faisait on paraissait vraiment malin les mains dans les poches la cagoule bien enfoncée il n’y avait pas de quoi s’inquiéter il fallait seulement s’avancer faire de grandes enjambées sembler sûr de soi avec un déhanchement accusateur un brin provoquant l’allure compte pour bien plus quand le temps est compté devant soi la figure imprimée sur des billets de banque cambriolés la caisse enregistreuse n’obtempère jamais assez rapidement quand le temps est compté la police au service des citoyens servis il n’y a pas de quoi rire quand le système d’alarme m’entame m’alarme la puce à l’oreille du sourd qui ne sait plus calculer sur le bout des doigts calcinés la porte à la volée le marchand de soda pète la canette saute a trop branlé les baguettes en l’air pour un moment d’arrestation tronqué la tête comme un fracas la tempête dans un verre d’eau mal tempéré alors que l’azur changeait de chiffre pour aller se fumer un bat

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :