10 novembre 2008

II

des cris crissant comme de la pluie sous les pneus usés de vieux tires défoncés
une fourmilière en danger la reine des fourmis par terre assommée ou trouée par balle attrapée sans faire exprès le hasard est mal fait et au bout du corridor le roi bourdon prêt à éclater les ailes gonflées d’un orgueil alimenté à la pâte de piment fort le feu fait rage lorsqu’on n’entend plus raison l’adrénaline s’ajoute l’élan d’un moment crispé par la haine

le sang ne coule plus il circule maintenant par voie céleste c’est ce qu’il dit en levant en l’air la tête les bras dans un geste bringueballant le canon pointant le plafond et tout d’un coup le directeur se pointe en duel le fuel le fiel flamboie la salive empâtée comme du mucus ou de l’humus fermenté un sourire en coin comme un méchant pantin de bois qui se cambre pour l’aligner d’une balle noire sonnant telle une balle à blanc trompée

le directeur pleure de ne plus pouvoir dire que sa vue se brouille à la vue de ce précipice
à la vue de ce précipice

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :