13 novembre 2008

– V –

ça s’arrête là au moment même où que les clochent sonnent on entend le soleil étreindre les rideaux il n’y a jamais que des nuages parfois la cime du ciel se touche avec le bout des doigts

dix minutes sur l’échelle des hommes dix minutes seulement
on ne pense plus qu’un moment donné le regard se porte sur soi

le retournement de l’arme massif la plainte rauque du guerrier refoulé le mea culpa non avoué d’avoir échoué

et la seule sortie de secours en tête à tête avec la crosse de son fusil

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :