16 novembre

elle est légère comme l’eau
vive la rivière rame
des chemins à parcourir
des bifurcations
entre les pierres érigées en surface
irrigation régulière
du passage des sources
on entend les chutes
se jeter offertes les bras ouverts
la lumière brillante
concentrée en un seul faisceau
éblouissement ravi

l’attrait toujours pressant
de se laisser tomber
devenir une épave heureuse
une souche féminine
menée vers le large

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :