4 décembre

petit bonhomme d’api avec son bonnet enfoncé jusqu’aux yeux la marmaille dans les tricots du jeu de marelle les lignes franches dessinées à la craie jaune les chiffres ronds et maladroits sautillant sur une patte en attendant la roche qui se lance vers le ciel les lulus allumées de pinces ou de barrettes de toute sorte attrapant en plein vol les couleurs des bonbons des suçons de sucre d’orge les miettes de pain laissées derrière l’emmitouflure au manteau marron les boutons comme des cercles tracés à grand coup de bras la veste vaste et le compas prend l’avance se poste sur la piste à l’avant-garde et attend sans bouger qu’un chien sans laisse passe gaiement la queue intrépide battant les courants d’air emprisonnés dans des caissons sous vide

petit bonhomme au teint orange les cerises de tes moustaches ont tout fait pour m’égayer mais seuls les soucis semblent vouloir se manifester à moi ma naïveté presque à vif d’être restée désarmée jusqu’à la fin de la récréation

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :