17 décembre

tu aurais dû continuer ton chemin tout seul sans nous entacher de tout ton poids pathétique l’être idyllique souhaitant ressurgir de ses eaux usées pour réapprendre à ramer

c’était inconcevable il fallait pourtant une source de gêne de commune mesure à sa masse corporelle multipliée par 3 fois son âge mental le tout divisé par le volume agrandi de ce que nous avions ressenti hier à son arrivée

tu aurais tellement dû continuer ton chemin seul ne pas te préoccuper de ce que tu as laissé tomber ça l’avait fait un énorme trou dans le plancher un cimetière au grand complet creusé ton impertinence sacrilège tournant en boucle comme dans un manège

c’était inconcevable tu aurais dû t’en douter faire le calcul te rendre compte de tes dettes dues ta tête mise à profit dans tout le pays et ton sarcasme friand de recevoir ton salut à petit prix

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :