14 janvier

tu m’effraies lorsque tu t’écartes des bornes de mes veines rugueuses
nos insomnies communes nous troublent nous reportent vers d’autres soucis

dans la soute à bagages des laissez-passer aux regards fermés
de geindre ça devient des cris saisissants ça se répond par en dedans et ça craint la disparition

tu aurais eu raison de clamer l’innocence de tous nos ennemis si seulement tu avais su tu savais ma mort avant… ou après?

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :