30 janvier

ça suinte dans les barreaux la mort ou plutôt non une peur bleue dure comme fer frôlant la dérision l’état mental du déchu c’est à genoux que ça se passe habituellement habité par des ampoules crues qui clignotent

de percer les couches durcies le long des longs corridors hurlants les genoux fracassés mis à vif sous le jugement pénal la sentence prononcée à outrance dans un langage surhumain surexpressif surestimant la justice blindée par les hommes de sa race dérogeant l’espérance de s’évader un jour de s’évader non car il n’y a pas d’issues lorsqu’on est un crime il n’y a pas d’issues le crime a la tâche lourde à porter des boulets enchaînés tout le tour des deux chevilles

ça suinte dans les barreaux la mort ou plutôt non une peur bleue carcérale les pensées surveillées en veille suicidaire dans un état de conscience contrôlé

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :