8 février

il est en deuil
son corps se visse au cercueil
tranquille le visage plat
le front replié
les mains aussi
le tronc bien droit
bravant le froid
entendre la pluie s’abattre
sur les parois lisses des pelles
le prêtre enrubanné dans ses sermons de circonstances
parlant au défunt sur un ton familier
comme s’il l’avait connu lui
et à en perdre haleine
des pleurs fontaine tels un au revoir
crève-coeur où les fluides se
mélangent à son
effluve qui se lève

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :