6 avril

ai voulu t’aimer de mon mieux
sans violence
ni me perdre
cadence carencée de repères indemnes

ai pensé en lumière claire
pour me blesser à nouveau
retraverser à tâtons les longs corridors sombres

tu avais les blues et tranquillement l’averse sur nos têtes
pleuvait par intermittence
déversement compulsif de cris étouffés
un silence qui se disloque

ai voulu t’aimer près des osmoses la transgression
l’envie impulsive anéantissement létal
du moi au toi toujours en train de justifier sa présence

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :