17 avril

il s’était levé plus tôt qu’à l’accoutumée
son café instantané sorti du congélateur
ne lui fournissait pas les résultats escomptés
seulement l’acidité des grains pauvres
parvenait à déranger la cloison de son estomac

le néon suspendu bêtement au plafond de la cuisine pratiquait des rites de passages
échangeait des grésillements suspects
avec le calorifère de service
le courant électrique probablement atteint par la gangrène
des caillots bloquant la circulation d’électrons libres
parfois des poussées de fièvre parfois des arrêts cardiaques par intermittence
une toux partielle

il pensait à ses pairs qui ne l’attendaient plus depuis des décennies
par chez-lui on le croyait mort
et il l’était
en quelque sorte

sa substitution
ou pire encore
sa perpétuité

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :