20 avril

suis la victime de ma propre vie
ton nom le mien telles des éponges carcérales
chaque prétention
chaque intention
tenue à la subtilité
à la susceptibilité du geste incongru

faire attention
ou prétendre à l’harmonie
au semblant d’une conduite acceptable
le social inséminé et distribué dans des éprouvettes stériles

rendre infertiles les jardins qui nous séparent

orgasme à contraindre
sphère intensive de nos sondes superflues
les contours perturbent la vision
ponctuent nos transparences

suis la victime des êtres en vie
parce que seule ne suis pas utile
l’espoir se transmettant dans les traces de l’autre
dans l’approvisionnement du semblable à soi

des êtres pris en otage parmi des êtres pris en otage parmi des êtres pris en otage
ritournelle perpétuelle
de la même phrase formant une spirale de nouveaux corps qui se réveillent

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :