23 avril

faire les cent pas
arpenter les corridors
qui nous empêchent de pénétrer
à l’intérieur des chambres secrètes

ici le temps n’a pas d’emprise
il traite tout le monde de la même façon
rien ne le retient
aucune dette
aucun rendez-vous urgent
que des listes d’attente interminables

le temps ne tourne pas
il rampe
se traîne du mieux qu’il peut
entre les horaires de nuit et les quarts du matin

horde des peinturés bleus
le masque de fer à souder
couvre de reculons les transitions

faire les cent pas
pour la énième fois

ma mère pétrie au fil des ans
qui se prolonge
le métier à tisser les âges dans le rouage

la roue vieillie
et comme toute poulie
lâche
à l’usure

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :