24 avril

à l’autre bout de la passerelle
un homme
sa carrure plombe
revêt le noir
du grand corbeau

il attend surréel
l’immuabilité du brouillard
laissant entr’apercevoir
ses contours imposants

l’inquisiteur du pont
stationné à l’entrée de ses pieds
le poids de sa gravité
franchissant la doublure de son menton

chevalier ténébreux ou cowboy funeste
il encombre sa stature
pour intimider
l’angoisse palpable de sa vision

de l’autre côté
à l’autre extrémité
le duel des peaux
l’adversaire paré à l’assaut

l’épaisseur de l’eau
lorsqu’un plongeon bouleverse

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :