4 mai

père et mère se berçant
sur le balcon fraîchement repeint
le bois ayant vieilli
soutenant la taille d’une maison

ils écoutent Léo Ferré
la voix s’infiltrant aux travers
des moustiquaires

lui lit le journal
elle retisse quelques détails
des bribes évaporées
dans les souvenirs du temps

un duo d’élans qui se synchronisent
avec l’âge
la complicité grandit
près du coeur
et des cheveux grisonnant

court enregistrement
sur petit écran
script pictural

ma mère au teint inséparable
mon père aux yeux interpellés
et moi le témoin le fils le survivant
le spectateur avide
de faire renaître
nos spectres encapsulés

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :